Des sociologues Parisiens dressent la première carte de France des cons

Un comité de sociologues Parisiens vient de dresser la toute première carte de France des cons. L’étude sociologique s’est déroulée de 2013 à nos jours et a nécessité la présence de plus d’une centaine de chercheurs à travers toute la France.

Et les résultats sont étonnants : la très grande majorité des cons se trouvent en province alors que la ville de Paris ne compterait que quelques cas anecdotiques (des bobos venus de province pour coloniser la capitale). La région Parisienne compterait 50 % de cons, un chiffre assez inquiétant lié sans doute à l’attractivité de notre belle région sur les provinces environnantes.

Le LSP (Laboratoire de Sociologie Parisien) à l’origine de cette carte souhaite maintenant poursuivre son étude sociologique en éditant à présent la première carte de France des connards.

Nul doute que les résultats seront, une fois n’est pas coutume, guère surprenants.

 

Essayez plutôt

Terrible lapsus : au cours de son allocution télévisée, le Premier ministre appelle les professeurs « les enfeignants »

Au cours de son allocution télévisée concernant la mise en place du nouveau système de …

Un commentaire

  1. J’ai comme un sérieux doute quand à la fiabilité de cette étude de mes confrères. Étant moi même sociologue en cognition metalinguistique appliquée aux abstractions sensorimotrices au centre d’étude de la captivité sociale de Paris, j’ai pu constater que les écarts d’intelligence entre les parisiens et les autres français suivent une loi binomiale approximée par une intégration differencielle de Riemann sur un espace topologique non compact au sens de Lebesgue. Ce n’est donc pas aussi binaire que ça. Navré pour les non parisiens qui ne comprendront sûrement pas mon message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.