L’éducation nationale simplifie le tableau périodique des éléments

 

DocHdl1OnPN-PRINTRDY-01tmpTargetTrop d’éléments à retenir, une classification trop complexe et surtout un nom impossible à prononcer. Ce ne sont pas les griefs qui manquent envers le tableau périodique des éléments établi au siècle dernier par le physicien russe Mendeleïev. Dans le cadre du plan pluriannuel d’allégement et de simplification des programmes scientifiques, le ministère de l’Education nationale a délibérément choisi de légitimer cette nouvelle réforme avec une mesure forte et symbolique : la simplification du tableau périodique des éléments, également appelé table de Mendeleïev ou classification périodique des éléments (CPE) ou plus simplement tableau périodique

Ce tableau répertoriant initialement 118 éléments n’en comprendra désormais plus que 20.

« Il n’y a aucun intérêt pédagogique à exiger des élèves qu’ils retiennent les propriétés d’éléments chimiques compliqués et rares comme le plutonium, le strontium ou que sais-je encore, en sachant pertinemment qu’il ne sera  jamais possible, dans la réalité, de les manipuler, de les acheter ou même les observer » nous confie Gérard Bourbier, le délégué interministériel en charge aux sciences physiques, pratiques et occultes.

« Entendons nous bien. Nous vivons une époque basée sur un concept de simplification cognitive et administrative. Nous sommes passés dernièrement de 22 à 13 régions, il n’est pas choquant dans ces conditions de réduire le tableau périodique de 118 à seulement 20 éléments »

Désormais, le tableau simplifié intégrera uniquement les 20 éléments chimiques les plus communs, les plus abordables et les plus inoffensifs. Exit les produits radioactifs, cancérigènes, toxiques ou qui tombent sous le coup de la loi sur les substances illicites et prohibées. Le nouveau tableau recensera les seuls éléments qu’un élève, collégien ou ingénieur,  pourra être susceptible d’acheter sur Ebay et manipuler en toute sécurité.

Suite à l’état d’urgence décrété en France après les tragiques événements du vendredi 13 Novembre 2015, le comité des conseillers ministériels chargé de la simplification du tableau périodique a également décidé de retirer les composés chimiques pouvant servir à la fabrication d’explosifs. Exit donc le nitrate, le soufre et le carbone qui, mélangés précisément dans l’ordre cité et dans des proportions respectives de 15,9 %, 32,6 % et 53,2 %, peuvent donner naissance à un puissant explosif bon marché et détonnant.

Gérard Bourbier précise :

« Dans un soucis d’égalité républicaine, les métaux précieux ont également été retiré du tableau. Avec la crise économique, qui aujourd’hui peut encore se targuer d’acheter de l’or ou du platine ? Sûrement pas nos élèves et encore moins les laboratoires de chimie, ils ont déjà du mal à régler leurs factures de gaz et électricité, alors pensez donc des métaux précieux. De plus, il ne nous semble pas nécessaire d’exacerber la frustration des étudiants en portant à leur connaissance le prix de ces métaux rares. « 

On le devine, les arbitrages ont dû être difficiles. C’était évidemment sans compter sur le professionnalisme de l’équipe des conseillers ministériels qui a pu rendre, au terme de six ans d’étude, les conclusions de leurs travaux.

L’équipe de ScienceInfo est fière aujourd’hui de vous présenter la nomenclature des éléments du tout nouveau tableau simplifié des éléments.

Celui ci intégrera donc le carbone, l’oxygène, l’hélium, l’hydrogène, les gaz neutres ainsi que divers atomes inoffensifs et conciliants.

La classification, jugée trop complexe,  a elle aussi été simplifiée et refondue en profondeur. Le symbole de certains éléments a été renommé pour permettre une identification rapide avec l’initiale de chaque atome. En effet, l’ancienne classification présentait des aberrations, sources d’erreurs et de confusions chez les élèves. On trouvait ainsi le symbole N pour l’Azote ou encore Hg pour le Mercure. Ces éléments ont été remplacés respectivement par leurs initiales A et M.  A ceux qui s’étonneront du risque de doublon du nouveau symbole A de l’Azote avec celui de l’Argent, il faut prendre en compte que l’élément Argent a été purement et simplement éliminé du nouveau tableau simplifié. Toute confusion est de ce fait purement et simplement impossible.

Il reste bien évidemment le cas des éléments présentant les mêmes initiales comme le Cuivre, le Calcium, le Carbone et le Cadmium . « Effectivement, la commission s’est aperçue de cette homonymie troublante au moment où les rotatives des imprimeurs allaient se mettre en route afin d’inonder la totalité des établissements scolaires de France. Il a donc été convenu, dans l’urgence, d’adjoindre un chiffre d’indice affublée à l’initiale des atomes en rapport avec leur place dans le tableau et inversement décroissante selon leurs masses volumiques massiques respectives »

Dans la même optique de simplification, les numéros atomiques, massiques, molaires et volumiques ont été remplacés par une nouvelle classification largement plus pertinente et objective.DocHdl1OnPN-PRINTRDY-01tmpTarget

Comme l’indique le tableau présenté dans cet article, la nouvelle classification simplifiée des éléments sera déclinée sur une échelle à six niveaux allant du Très léger au Très très lourd  et comprenant  deux  échelles de lecture supplémentaires intégrant des catégories classant les atomes selon deux critères intuitifs facilement interprétables par les élèves, à savoir : Cher/Bon Marché/Pas Cher   et   Très Bon/Bon/Pas Bon

A demi-mot, le délégué tient quand même à nuancer l’optimisme de la commission de simplification :

« Il faut être avant tout réaliste. Les élèves dont nous avons la charge sont, au fil des années, de plus en plus cons. Ils ont déjà du mal à retenir ce qu’il ont mangé à la cantine le jour même, alors n’imaginez même pas  leur demander de retenir 118 éléments chimiques du tableau. Arrivés en Master II, ils savent à peine écrire ou faire une addition. Surtout, nous devons maintenir coûte que coûte l’objectif d’amener  80 % d’une tranche d’âge à l’examen. Il faut se donner les moyens de conserver ce cap ambitieux. Nul doute que ce nouveau tableau nous y amènera »

Concernant son nouveau nom, celui-ci s’appellera désormais « Nouveau Tableau Périodique ».

Certaines mauvaises langues évoquent, à demi-mot, la volonté du gouvernement d’emmerder Poutine et les Russes en mettant à la trappe le nom du physicien russe Mendeleïev.

« Baliverne » s’esclaffe Gérard Bourbier dans un grand éclat de rire. Pourquoi pas, pendant que vous y êtes, imaginer de leur refuser la livraison de navire de guerre ou pire encore, leur refiler notre héros national Depardieu

L’ambition des sages du comité de simplification ne va pas s’arrêter là. Devant l’accueil complaisant des élèves – futurs électeurs – découvrant un tableau plus facile à mémoriser, le comité interministériel se penche désormais sur la simplification des lois physiques.

On évoque secrètement la possibilité de dépoussiérer la loi d’Ohm pour partir sur une version simplifiée U = R ou encore fusionner les trois lois de Newton en une seule et unique loi : P = m.

Nos journalistes vous en diront plus à ce sujet prochainement.

 

About Admin

Essayez plutôt

Pour lutter contre la fraude, la nouvelle vignette suisse mesurera désormais un mètre de large sur un mètre de long

La nouvelle vignette suisse mesurera un mètre de large sur un mètre de long et …

4 Commentaires

  1. MDR de rire !!! une Marade comme dirai le gps d’une voiture….

  2. C’est une blague là ? Je suis chimiste et je suis choqué! Que les bureaucrate s’occupe de leur c** plutôt que de science!

  3. J’ai réagi après avoir vu le tableau sans lire l’article et, après lecture, ça va mieux. C’est une blague 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *