Peugeot teste la première voiture électrique sans batterie

Le constructeur automobile Peugeot teste actuellement un modèle révolutionnaire de voiture électrique totalement dépourvu de batterie.

Peugeot s’est lancé depuis quelques années à la conquête du marché de la voiture électrique. Il s’agit d’un marché prometteur en plein développement mais qui reste très concurrentiel. Afin de rester pleinement compétitif, il est indispensable de faire en permanence preuve d’innovation et de mettre en oeuvre, dans un laps de temps bien souvent très court, tout un champ de domaines de compétences et de technologies de pointe. Si les moteurs électriques semblent  aujourd’hui bien maîtrisés, c’est maintenant sur les batteries que les équipes d’ingénieurs français travaillent d’arrache-pied.

Samuel Ruben, responsable du pôle de compétence « Véhicule Electrique » au sein de Peugeot-Citroën SA, nous détaille tous les enjeux des travaux de recherche des ingénieurs :

« Toute la difficulté est d’avoir un véhicule avec la plus grande autonomie possible. Mais plus d’autonomie demande une batterie plus imposante, et donc plus lourde. Nos ingénieurs ont encore plusieurs années de travail devant eux, alors pour contrer la concurrence, nous avons dû mettre au point une solution toute à la fois rapide et simple pour notre nouveau véhicule, la Peugeot IC (Ion Cabled) »

Cette solution innovante prend la forme d’une rallonge électrique orange, fortement similaire à celle que l’on peut trouver sur les chantiers de BTP. Cela peut paraître surprenant au premier coup d’œil mais Peugeot a su trouver un marché de niche :  » Il existe beaucoup de parcs automobiles captifs, comme par exemple les véhicules que la Poste utilise à l’intérieur de ses centres de tri ou encore les voitures EDF qui effectuent des patrouilles autour des centrales nucléaires » ajoute M.Ruben « et pour ce type de véhicules, qui n’effectuent que des courtes distances, nous avons pu éliminer la batterie et nous contenter d’une rallonge, d’où un coût de production très réduit. »

En effet, une batterie de type Li-ion d’un véhicule électrique classique représente généralement 45 % du prix d’achat. En éliminant la batterie, Peugeot peut conserver le même prix de vente mais augmenter considérablement ses marges. Par contre, le poids total reste à peu près similaire car il faut bien stocker la rallonge qui reste, malgré tous les efforts des ingénieurs, assez lourde.

« C’est en effet un point qu’il nous reste à travailler mais c’est aussi la principale innovation technologique de ce véhicule » poursuit M.Ruben, « Nos équipes comme tous nos compétiteurs butaient sur le problème du câble qui risque de gêner au sol lorsqu’il n’est pas totalement déployé. Là où nous nous démarquons, c’est que nous avons été capable de penser « out of the box » et d’aller chercher une solution mature dans un domaine d’activité connexe, celui des aspirateurs. Suite à un accord passé avec Rowenta, toutes nos Peugeot Ion Cabled sont désormais équipées de série d’un enrouleur de câble automatique, c’est une première mondiale ».

Fière de ce résultat, la firme au lion envisage de poursuivre d’autres sujets d’étude avec Rowenta, des rumeurs faisant état d’un prototype de voiture électrique avec fonction aspirateur afin de maintenir les routes propres, il ne resterait que le sac de déchets à mettre au point.

Un article de Marcel Renaud,  chroniqueur automobile à Séchan (site de test de Peugeot)

Essayez plutôt

Réforme du bac : le nouveau programme de philosophie traitera des œuvres de Jacques Attali et Bernard Henry Levy

La réforme du baccalauréat, dite réforme Blanquer, veut révolutionner l’enseignement de la philosophie en introduisant …

5 Commentaires

  1. Bonjour, il faut pas prendre les français pour des imbéciles… une voiture avec un prolongateur électrique… mais bien sur!!!

  2. Quel retard… En Belgique cela fait plusieurs années que les batteries ont été supprimées des voiture électriques… Le procédé utilisé par nos voisins est des plus ingénieux s’inspirant des réseaux de télécommunications exploitant le wimax ( Worldwide Interoperability for Microwave Access) pour transporter sur de longues distance des données binaires, nos amis belges on reprit cette technologie pour transporter de l’énergie. Les heureux conducteurs belges possédant une de ces merveilleuses automobiles paient leur forfait non pas au débit mais aux kilomètres.

  3. Mais vous êtes con les Peugeot c’est de la merde c’est mieux les twingo alors

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *