Le numéro pour signaler les arnaques aux appels surtaxés était lui-même un numéro surtaxé.

Stupeur chez les consommateurs en découvrant que le numéro de téléphone mis en place par le ministère de l’intérieur pour signaler les arnaques aux appels surtaxés était lui-même un numéro surtaxé.

Ce sont des arnaques courantes, appelées « ping calls » : un SMS envoyé par un inconnu, un appel raccroché ou en absence, en passant par toutes sortes de messages préenregistrés demandant de rappeler tel conseiller financier, de venir chercher un colis non livré, ou de réclamer son bon d’achat. Ces contacts ne visent qu’un seul et unique but : inciter le consommateur à rappeler des numéros spéciaux de « services à valeur ajoutée » payants et opaques.

Devant ce fléau qu’est l’arnaque aux numéros surtaxés, le Ministère de l’intérieur a souhaité apporté une réponse rapide et efficace en mettant en place un numéro court, le 33 700, permettant de signaler tout abus de ce genre.

Une démarche qui va dans le bon sens à ceci près que le ministère a oublié de préciser un petit détail : le numéro proposé était lui-même un numéro surtaxé.

« Avec la baisse du budget alloué à notre ministère, il nous a fallu trouver un moyen pour financer cette nouvelle plateforme téléphonique » souligne Marc Goliant, le responsable du service communication du Ministère.

Et de rajouter : « Notre numéro (2€25 l’appel + 0,99€ la minute NDLR), se situe dans le bas de la fourchette des numéros surtaxés mis en place par les escrocs, rien de bien méchant en somme ».

 

Essayez plutôt

Lille : il réalise un test ADN pour connaitre ses origines et découvre que ses ancêtres habitent le même quartier depuis 2 500 ans

Les laboratoires de généalogie génétique permettent de nous révéler nos origines ethniques grâce à notre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *