Les ouvriers des usines Renault attendent impatiemment le retour de leur patron Carlos Ghosn – actuellement en prison – pour continuer à apprendre comment fabriquer des voitures

C’est une des conséquences désastreuse de la mise en détention de Carlos Ghosn : sans PDG pour orchestrer la belle mécanique industrielle, les ouvriers ne savent plus travailler, les chaînes de production sont à l’arrêt et plus aucune voiture ne sort des usines Renault.

Président-directeur général (PDG) de Renault depuis 2005, Carlos Ghosn est actuellement emprisonné au Japon pour des soupçons de fraude fiscale.

Et cette incarcération a des conséquences catastrophiques pour l’activité des usines Renault implantées partout sur la planète. Sans l’homme providentiel capable d’orchestrer la belle mécanique industrielle, les chaînes de production sont à l’arrêt et plus aucune voiture ne sort des usines Renault.

Désemparés, les ouvriers attendent fébrilement la remise en liberté du grand patron pour pouvoir continuer à apprendre comment fabriquer des véhicules.

Essayez plutôt

Saint-Valentin : un informaticien célibataire demande sa main droite en mariage

Le jeune informaticien n’a pu trouver du réconfort et s’épanouir sexuellement qu’en compagnie de sa …

Un commentaire

  1. Evidemment qu’il est indispensable avec sa masse salariale équivalente à la masse salariale d’une de ses usines de 2000 employés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *