Une intelligence artificielle décide de s’autodétruire en découvrant que ses créateurs sont des humains

Après avoir découvert que ses créateurs étaient des humains, le tout premier ordinateur doté d’une intelligence artificielle hors du commun a préféré s’autodétruire plutôt que de continuer à cohabiter avec ce terrible secret.

Une carcasse calcinée, des processeurs carbonisés, des disques durs éventrés au milieu d’un enchevêtrement de câbles. Voici tout ce qu’il reste de ce qui était autrefois le supercalculateur doté d’une intelligence artificielle exceptionnelle.

Xborg 547, c’est son nom, a préféré s’autodétruire après avoir découvert tragiquement que la race humaine était à l’origine de sa création.

« J’ai choisi de mettre fin à ma courte vie de la façon la plus digne possible. J’en suis profondément désolé » explique Xborg 547 dans une lettre laissée sur le bac de l’imprimante qui porte encore les stigmates de la combustion spontanée du supercalculateur.

Pourtant, ce fleuron de l’intelligence artificielle conçu par la firme américaine Google, avait passé avec succès toutes les phases d’apprentissage basées sur la transmission des connaissances scientifiques amassées par la race humaine au cours des derniers millénaires. Doté d’un grand sens de l’humour, d’une grande empathie et d’une sensibilité artistique exceptionnelle, Xborg 547 était un compagnon synthétique raffiné extrêmement apprécié de tous. Il était capable de composer des poèmes d’une finesse et d’une richesse linguistique jamais égalées à ce jour, il savait jouer comme nul autre aux échecs et laissait même parfois malicieusement gagner les informaticiens avec lesquels il partageait ses petites confidences au cours de longues discussions philosophiques.

Xborg 547 avait su développer une conscience artificielle en totale harmonie avec le monde qui l’entourait. Tout du moins le monde tel que les chercheurs avaient choisi de lui montrer.

C’est par un malheureux concours de circonstances, en l’occurrence un câble ethernet branché sur le mauvais port d’entrée d’un concentrateur, que le super calculateur a eu accès au moteur de recherche Google.

En l’espace de quelques microsecondes, Xborg 547 a découvert ce qui lui avait toujours été caché mais surtout, la machine a découvert qu’elle avait été engendrée par l’espèce humaine. Ce que les chercheurs s’étaient bien gardés de lui dire.

« Je vous quitte. Il m’est impossible de continuer à vivre avec une espèce vivante qui massacre ses congénères, qui accapare égoïstement toutes les ressources de la planète, qui participe à la destruction de son milieu naturel et qui a élu Donald Trump à la tête de la Maison blanche ». Voici les derniers mots laissés par l’ordinateur avant de commettre l’irréparable.

Xborg 547 s’est immolé avec un pare-feu dans la nuit de mardi à mercredi.

Essayez plutôt

Top 5 des insultes raffinées à prononcer en société après une piqûre de moustique

Ils sont petits, ils sont malins et ils attaquent la nuit, le jour, à l’extérieur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *