Des scientifiques laissent tomber un ballon depuis le haut d’un barrage. Le résultat est surprenant

Des scientifiques de la prestigieuse université de Cambridge ont laissé tomber un ballon depuis le haut du barrage de Stanfield situé à une hauteur 255 mètres. Le résultat de l’expérience a fortement surpris l’ensemble de l’équipe de chercheurs.

« Cela faisait plusieurs années que nous évoquions ensemble la possibilité de réaliser l’expérience de la chute libre d’un ballon depuis le haut d’un barrage. Bien trop accaparés par nos travaux de recherche, nous repoussions à chaque fois la date de l’échéance. Et puis un jour, le directeur de l’université nous a proposé de faire des relevés d’ondes gravitationnelles dans les galeries parcourant la voûte en béton du barrage de Stanfield. Nous avons donc profité de l’occasion qui se présentait à nous pour emporter un ballon de basket et le lâcher depuis le haut du barrage », déclare Steeve O’Connor, l’un des physiciens du laboratoire de l’université de Cambridge.

« Nous étions excités comme des jeunes enfants s’apprêtant à faire exploser un pétard dans une boîte de conserve », rajoute t-il ému.

La suite de l’expérience est moins palpitante. Après une chute libre de 4,12 secondes, le ballon a touché le sol, a rebondi quelques instants puis s’est immobilisé au pied d’un poteau télégraphique.

« Nous nous attendions à assister, comme dans les films Marvel,  à une distorsion synchrone du vortex spatio-temporel ou encore à voir débarquer une soucoupe volante ou un super héros. Rien ne s’est passé comme prévu », déclare passablement déçu le scientifique avant de se raviser en pensant à la prochaine expérience consistant à jeter une enclume depuis la porte d’un avion de ligne.

Crédit photo : Copie vidéo YouTube Backspin Basketball Flies Off Dam

 

Essayez plutôt

Terrible lapsus : au cours de son allocution télévisée, le Premier ministre appelle les professeurs « les enfeignants »

Au cours de son allocution télévisée concernant la mise en place du nouveau système de …

Un commentaire

  1. Si les chiffres communiqués sont exactes : hauteur de 225 mètres et temps de descente de 4,12 secondes ont peut en déduire une accélération supérieure à 9,81 mètres par seconde (accélération normale sur terre, défini par le théorème dez Newton). Il y a bien eu une déformation spatio-temporelle. Cette dernière n’est pas visible par l’observateur mais uniquement par le ballon lui même qui aurait du se déchirer dans la descente sa vitesse étant devenu supérieure au coefficient de ressistance du plastique du ballon, si ce dernier ne s’est pas déchiré c’est donc qu ‘il y a bien eu présence d’onde anti-gravitationnelle (seul des extra-terrestres sont en mesure d’utiliser ces ondes) mais ces derniers pour ne pas se faire repérer ont utilisé leurs supers pouvoirs pour modifier le rapport des étudiants. CQFD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.