Allaitement : Le piercing du téton pour lutter contre les carences en fer du lait maternel

Des chercheurs américains de l’OMS ont montré que l’allaitement d’un nouveau-né par une femme possédant des piercings aux tétons permettrait de combler efficacement les carences en fer du lait maternel.

Phénomène marginal il y a de cela quelques années seulement, les piercings aux tétons ont depuis été majoritairement adoptés par les jeunes femmes qui souhaitent assumer d’une façon totalement décomplexée leur corps et leur sexualité. Un phénomène qui s’étend à toutes les catégories sociales et qui touche maintenant les jeunes mamans, à tel point que les médecins commencent sérieusement à s’intéresser à leurs effets sur l’allaitement des nouveau-nés.

Et contre toute attente, une équipe de scientifiques américains de l’OMS vient de rendre un rapport particulièrement élogieux sur le port de cet objet métallique chez les jeunes femmes donnant le sein à leur enfant.

Les piercings étant constitués de fer, c’est par le phénomène d’une réaction chimique provoquée par l’oxygène que ces derniers présentent à leur surface des traces d’oxydation qui permettent, par réaction chimique, au fer de retourner à l’état d’oxyde. Lorsque le nouveau-né vient au sein de sa jeune maman pour s’allaiter, c’est tout naturellement qu’il ingurgite des fragments solides de rouille (oxyde de fer) du piercing en même temps que le lait maternel.

« Et c’est excellent pour sa santé » affirment en cœur les chercheurs américains de l’OMS. Le lait maternel étant par nature carencé en métaux, la présence de fragments de rouille permet de combler ce déficit et de participer au développement harmonieux du nouveau-né.

Cependant, les mêmes chercheurs recommandent dans le même temps de vacciner le nouveau-né contre le tétanos sauf si la maman prévoyante se soucie de désinfecter, avant tout allaitement, ses tétons à l’eau de javel, qui comme chacun le sait, est le plus puissant des antiseptiques. Un beau geste d’amour en définitive.

 

 

Essayez plutôt

L’eau potable de millions de Français touchée par une contamination massive au monoxyde de dihydrogène

Selon l’association pour le contrôle de l’eau (ACE), 576 communes sont concernées, dont de « grandes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.