Economies d’énergie : cet homme invente la première chaudière qui fonctionne aux crottes de nez

Ecologiques, renouvelables et économiques, les crottes de nez sont devenues une alternative aux pellets devenus trop chers

Encouragé par les aides de l’État, Michel avait installé une chaudière à pellets en 2020. À l’époque, ce modeste propriétaire payait 250 € par tonne de pellets mais cet été, les prix se sont envolés. Le bon plan s’est transformé en gouffre financier.

Le nez sur sa facture, Michel voit rouge  « C’est une augmentation colossale », soupire-t-il.

« Jusqu’à présent, les prix étaient stables, mais aujourd’hui les tarifs s’envolent et ça n’arrête pas ! »

Fouillant dans son nez et dans ses anciennes factures, Michel a eu une révélation !

« J’ai réalisé que j’explorais frénétiquement mon nez avec mon index droit et j’en retirais de grosses quantité de crotte de nez que j’étalais machinalement sous ma chaise. Un jour celle-ci s’est cassée sous le poids de mes crottes. Ne savant que faire de tout ça, j’ai tout mis dans la chaudière à pellets … »

Et c’est la que la vie de Michel a changé : qui aurait pu soupçonner que les crottes de nez avait un pouvoir calorifique douze fois plus important que les pellets ?

Avec quelques pelletées de crottes de nez et quelques modifications sur la chaudière existante, il est possible de chauffer pendant plusieurs heures sa maison.

Une astuce qui n’a pas échappé à Michel qui, tout heureux, peut continuer de conserver un habitat douillet tout en s’adonnant à sa passion préférée.

 

Essayez plutôt

La prochaine Coupe du Monde de la FIFA aura lieu sur l’étoile de la mort

La FIFA se réjouit de ce choix conforme à ses valeurs et relativise sur le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.