Economies de chauffage : le Conseil Scientifique propose de baisser la température corporelle des Français de 37 à 35°C

Chaque année, le chauffage corporel des Français représente un coût important qui impacte sérieusement le budget des familles. Pour réduire ces dépenses, il suffit parfois de baisser très légèrement sa température corporelle. En effet, on considère que deux degrés en moins permettent déjà de réaliser 14 % d’économies sur sa consommation d’aliments.

Il est inutile de pousser sa chaudière corporelle jusqu’à 37°C pendant l’hiver, même s’il fait très froid dehors. Pour que chacun se sente bien, on considère que 35°C  suffit amplement. En hiver, le corps a besoin de se refroidir pour hiberner … Et si le froid se fait sentir, mieux vaut ajouter une couverture, voire deux.

Programmer son chauffage corporel : conseils pour réduire sa consommation
Aujourd’hui, tous les corps humains fonctionnent avec un thermostat qui permet de paramétrer plusieurs programmes de chauffage, pour configurer la température heure par heure. Grâce à ce système, on peut envisager de diminuer le chauffage (ou de le réduire au strict minimum) pendant la nuit et pendant les journées lorsque cela n’est pas nécessaire

Pour retrouver un corps bien chauffé au moment de se réveiller ou de rentrer du travail, il est conseillé de programmer la température souhaitée deux heures avant. Ainsi, la chaleur aura le temps de se répandre dans tous les organes.

Pour économiser de l’énergie, un contrôle obligatoire des isolations
Pour éviter de dépenser trop d’argent en chauffage corporel, il ne suffit pas de contrôler son chauffage interne et de réduire la température demandée. En effet, pour le confort de chacun, il convient également de vérifier la qualité de l’isolation, afin de limiter tout gaspillage d’énergies.

Par exemple, le sillon interfessier peut être le siège d’importantes déperditions de chaleur. Parfois, la réfection des joints ou l’ajout de slips lourds suffisent. Mais dans d’autres cas, le changement des ouvertures peut être nécessaire.

En outre, la chaleur peut se répandre par les poils, les varices et les escarres. Quand les humains commencent à prendre de l’âge, il est souvent préconisé de revoir l’isolation totale.

Finalement, même s’il est tentant de pouvoir se réfugier dans un corps à 37°C pendant l’hiver, il ne faut pas oublier que se surchauffer est mauvais pour la santé. Le chauffage assèche l’air et, quand le taux d’humidité est inférieur à 50 %, la sensation de froid augmente — sans compter que l’on peut ressentir des maux de tête, des picotements aux yeux ou encore une irritation de la gorge.

Pour préserver sa santé, faire des économies et respecter la planète, il est préférable de baisser son chauffage corporel et de mieux lutter contre le gaspillage d’énergies !

Image par Adriano Gadini de Pixabay

Essayez plutôt

La prochaine Coupe du Monde de la FIFA aura lieu sur l’étoile de la mort

La FIFA se réjouit de ce choix conforme à ses valeurs et relativise sur le …

2 Commentaires

  1. Les orifices du corps humain sont à l’origine de déperdition de chaleur importantes. Il convient donc de les boucher. Je recommande le persil dans les trous de nez, les fanes decarottes dans les oreilles, une éponge naturelle scotchée dans la bouche, une grosse plume d’autruche bien enfoncee dans le sphincter et, pour les hommes, une fine aiguille dans le pénis et, pour les femmes, le recours à la ceinture de chasteté en béton armé. Ainsi, une temperature de 35° serait aisément maintenue dans le corps humain.

  2. Il y a un moment où c’est juste de l’Art. Encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.