Le Qatar prépare une mission spatiale pour aller masquer la femme nue représentée sur les sondes Voyager

Choqués par la présence d’une femme nue dessinée sur le disque en or apposé sur les deux sondes Voyager, nos amis qataris ont décidé d’affréter une mission spatiale dont le seul but sera d’aller déposer une peinture noire indélébile destinée à masquer l’être impur y étant dessiné.

La mission Voyager est un programme d’exploration et d’étude des planètes extérieures du Système solaire initié par la NASA, l’agence spatiale américaine. Lancées en 1977, les deux sondes spatiales Voyager 1 et Voyager 2 ont survolé les planètes Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune ainsi que quarante-huit de leurs satellites avant de sortir de notre Système solaire pour affronter aujourd’hui l’hostilité du milieu interstellaire.

En plus des nombreux appareils scientifiques destinés à transmettre des données à la Terre, chacune des sondes a emporté un disque en or contenant des sons et des images sélectionnés pour dresser un portrait de la diversité de la vie et de la culture sur Terre, une « bouteille à la mer interstellaire » destinée à d’éventuels êtres extraterrestres qui pourraient le trouver.

Ce disque représente notamment un homme et une femme dessinés entièrement nus, ce qui peut choquer, on le comprend, nos grands amis progressistes du Qatar. Conduire une voiture est déjà strictement interdit pour une femme résidant dans le royaume, on peut comprendre alors le désarroi de la famille princière en pensant qu’une espèce extraterrestre puisse imaginer qu’une femelle, nue de surcroît, ait pu faire des études scientifiques ou, comble de l’horreur, piloter un vaisseau spatial.

Aussi, le ministère qatari princier des Sciences qui s’était déjà distingué par ses travaux remarquables visant à démontrer que le soleil tournait autour de la Terre, a décidé d’affréter une mission spatiale dont le seul but sera d’aller déposer une peinture noire indélébile sur les deux disques en or afin de masquer la femme nue y étant dessinée.

La sonde spatiale dénommée joliment « Galaxiqab » ne possédera aucun appareil de mesure ou de prise de vue jugé totalement inutile par notre majesté le prince en charge des Sciences mais seulement un bras articulé et une bombe de peinture destinée à masquer la femme impure dessinée sur les sondes.

La sonde Galaxiqab sera lancée depuis la base spatiale de Kourou et c’est tout naturellement l’Etat français qui prendra en charge l’intégralité du coût de la mission, soit un peu moins de 152 millions d’euros. « Nous leur devons bien ça » a déclaré le ministre des Sciences spatiales. En rajoutant : « La Légion d’honneur, la plus haute distinction française, a été remise au scientifique de renommée internationale – sa majesté le prince héritier d’Arabie Saoudite – pour ses travaux de recherche sur la planéité de la Terre. Il est normal maintenant que le Qatar bénéficie lui aussi de nos largesses. De toute façon, le royaume a déjà prévu d’acheter la base spatiale de Kourou, c’est un peu comme si ils étaient déjà chez eux ».

Le site ScienceInfo racheté dernièrement par un fond d’investissement qatari ne peut qu’approuver cette fantastique initiative impulsée par notre brillante majesté princière en charge des Sciences, digne représentant de la pureté de l’Univers, lumière parmi les lumières de l’infini cosmique.

Crédit photo : Nasa

 

 

 

Essayez plutôt

Un membre du conseil Jedi quitte le temple pour manifester son désaccord contre la présence de Dark Vador masqué

Lors de la séance plénière du Conseil Jedi qui avait lieu sur Coruscant au sein …

2 Commentaires

  1. Haha ils auraient aussi pu enfiler une bourqua à la sonde :-p

  2. C’était la plaque des sondes pioneer..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.