Dépressif, il décide de mettre fin à ses jours en empruntant le RER un jour de grève aux heures de pointe

« La vie ne vaut plus la peine d’être vécue ». C’est avec ces quelques mots griffonnés sur un morceau de papier que Norbert, 49 ans, a informé ses proches qu’il allait commettre l’irréparable.

Dépressif, Il a décide de mettre fin à ses jours en empruntant le RER aux heures de pointe un jour de grève.

« Seuls ceux qui sont solidement attachés à la vie peuvent espérer survivre dans de telles conditions » confirme effectivement la direction de la SNCF qui a fortement déconseillé à ses usagers de prendre le RER dans ce contexte social.

Essayez plutôt

Connardovirus : doit-on craindre une épidémie mondiale ?

Que sait-on du mystérieux connardovirus qui touche notre planète ? L’épidémie totalise plus de 5 …

Un commentaire

  1. D’un autre coté c’était ça ou se jeter sous un métro qui marche et faire un incident voyageur de plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.