Un fervent supporter de l’Olympique de Marseille sort du coma et se met à parler avec l’accent parisien

Hospitalisé à l’hôpital de la Timone (Marseille), le supporter marseillais a perdu conscience durant plusieurs semaines. A son réveil, il s’est mis à parler avec l’accent parisien. Ses propos, mêmes les plus anodins, sont perçus comme des insultes par les Marseillais. « Il nous prend de haut, nous parle avec dédain et ça nous énerve » avouent plusieurs soignants sous couvert d’anonymat.

Le cerveau humain est encore très loin d’avoir livré tous ses secrets. Un supporter marseillais de l’Olympique de Marseille, hospitalisé à l’hôpital de la Timone (Marseille), a perdu conscience durant plusieurs semaines pour se réveiller en parlant couramment le parisien. Avec accent et expressions. Ce qui a stupéfié son entourage et l’équipe médicale.

Depuis, il ne communique qu’en utilisant des expressions parisiennes, avec un parfait accent de la capitale. Les marseillais ont beaucoup de mal pour le comprendre et chacune de ses phrases, mêmes les plus anodines, sont perçues comme des insultes.

Il nous prend de haut, nous parle avec dédain et ça nous énerve, avouent plusieurs soignants sous couvert d’anonymat.

« Après une perte de conscience ou un coma, on ne sait jamais comment le cerveau va réagir et ce qui va s’activer en premier. Mais, si il commence à parler le parisien, c’est que des zones vitales ont été atteintes de façon irrémédiables « a déclaré il y a quelques jours à la presse locale le directeur de l’établissement qui refuse de s’exprimer publiquement sur le sujet évoquant la protection du secret médical.

Ce cas suscite interrogation et perplexité chez les spécialistes. Ils admettent connaître le phénomène beaucoup moins grave de parisiens qui se réveillent du coma en parlant avec l’accent marseillais. « C’est rare mais cela arrive. En vingt ans de carrière, j’ai soigné deux patients parisiens qui se sont réveillés en parlant marseillais », raconte un neurologue.

Le supporter marseillais a bien dû apprendre le parisien même sans en avoir conscience, selon Marius Corniglion, neuropsychiatre et expert judiciaire à la Timone : « Son cerveau a, sans doute, ingurgité davantage de connaissances en parisien que ce qui apparaissait à la surface. Il a dû assimiler, un peu comme un magnétophone en mode enregistrement, davantage que ce qu’il avait été capable de reproduire consciemment. »

Loin d’être un « miracle », ce cas pourrait simplement illustrer l’existence de capacité d’apprentissage non-consciente. Les scientifiques, qui commencent à s’y intéresser, se sont méfiés longtemps du phénomène. Aujourd’hui, ils admettent que ce n’est pas de la science-fiction mais une réalité. Ce qui n’étonne qu’à moitié Pierre Palot, linguiste réputé. « Un de mes anciens patient avait entendu sa famille parler le dialecte breton toute son enfance. Lui avait interdiction de le faire et devait s’exprimer exclusivement en français. Pourtant, à 24 ans, il s’est mis à raconter des choses incompréhensibles. Après étude approfondie de ses dialogues, nous nous sommes aperçus qu’il parlait tout simplement le breton. »

Quoi qu’il en soit, le supporter Marseillais atteint de ce trouble du langage a été interdit – pour des questions évidentes de sécurité – de participer de près ou de loin à des compétitions sportives de l’Olympique de Marseille.

Essayez plutôt

Réforme du bac : un manuel scolaire confond le Groenland avec le Groland

La réforme du baccalauréat, dite réforme Blanquer du nom du Ministre de l’Éducation nationale, entrera …

2 Commentaires

  1. L’esplication est simpleug, la zoneu du cerveau touchée est celle des Gueug, c’est celle qui commande de mettre des « Geug », des « congue » et des « eu » à la fin des mots. Cette zone est présenteu chez tout êtres normalg, suite à un défaut de chromosomeus chez les parisiengs, elle a complétement disparug. Voilag pourquoi cong ce supportereu y parleu avé ce cong d’assentg.

  2. Il vaut mieux parler avec l’accent parisien que de ne parler avec personne. (proverbe Yarga)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.