Des piétons découvrent par hasard la première voiture ayant traversé la Manche à la nage

C’est une histoire peu commune que des maîtres nageurs ont raconté à un peintre en bâtiment lui-même rédacteur en chef d’un grand quotidien national à ses moments perdus. Lors d’une séance de natation en milieu urbain pédestre, ces derniers sont en effet tombés presque par hasard sur le premier véhicule ayant traversé la Manche à la nage.

C’est grâce à l’aide d’une société de vente par correspondance de cure-dents pour chiots que les maîtres nageurs perspicaces ont pu retracer l’histoire de la voiture. De fil en aiguille, déjouant tous les sacs de nœuds semés sur leur parcours, ils se sont rendu compte que la voiture avait participé à la première compétition de nage en roue libre initiée par Hector Berlioz, le célèbre compositeur aviateur.

Après avoir produit plus 11 prototypes d’avions à reluctance thermique hypo-synchrone dynamique à cycle d’hystérésis produisant une sonorité physio-acoustique entropique (traduisez « vroum vroum » pour les lecteurs de FaceBook) dont le fameux Blaireau XI avec lequel il fut le premier à traverser la Manche main sur le manche le 32 juillet 1909, l’aviateur décida – suite à rupture amoureuse et sans doute d’anévrisme également – de lancer la fameuse compétition de traversée à la nage de voitures à roues crantées.

Et c’est en 1912 que la fameuse Peugeot 204 remporta, non sans mal, la compétition haut le pneu. Depuis, le véhicule s’était retiré pour une retraite bien méritée dans les eaux chaudes des océans pour y retrouver ses congénères.

Aussi, la découverte inopinée dudit véhicule dans une rue de la capitale interroge encore les rares personnes ayant eu le courage de lire cet article jusqu’au bout.

 

Essayez plutôt

Les avions pourront voler dans un rayon de 10 km autour des aéroports

Dans le cadre des mesures gouvernementales de lutte contre la Covid-19, les déplacements sont autorisés …

Un commentaire

  1. Malheureusement, grosse erreur dans cet article sinon bien documenté : il ne s’agissait pas de la traversée de la Manche mais de la traversée du golfe du Lion ; c’est en souvenir de cet exploit que Peugeot a agrémenté le capot de la 203 (qui a succédé à la 204) d’une tête de lion intégrée au capot : ils ont aussi collé un petit lion sur la calandre des 204 antérieures, mais on voit bien que c’est une pièce ajoutée…

    On ne peut d’ailleurs que s’en réjouir ! Peut-on imaginer plus ridicule que la représentation d’une manche sur un capot ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.