Sanctions contre la Russie : ce boîtier électronique détecte et élimine le gaz domestique provenant de Russie

Des scientifiques européens viennent de développer un boîtier électronique capable de détecter et éliminer le gaz domestique provenant de Russie.

Suite à la crise Ukrainienne, la liste des sanctions s’allonge de jour en jour contre le régime de Vladimir Poutine. Les citoyens européens souhaitent également faire entendre leurs voix et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir boycotter le gaz Russe. Mais comment faire la différence entre le gaz de Russie et celui d’Algérie ou de Norvège puisque tous les gaz sont mélangés ensemble lors du transport dans les réseaux gérés par GRDF ?

C’était sans compter sur le savoir faire de nos ingénieurs. En effet, une équipe de scientifiques a mis au point un boîtier électronique capable de détecter l’origine précise du gaz distribué dans nos logements et d’éliminer ensuite le gaz provenant de Russie.

La conception de ce boîtier est basée sur les nombreux et fructueux travaux de recherche quantique menés par le professeur Polonais Khlyzrakz. Tout comme l’homéopathie qui repose sur la propriété des molécules d’eau à mémoriser les informations du milieu dans lequel elles ont évolué (théorie de la mémoire de l’eau), le professeur a démontré que les molécules de Méthane gardaient également la mémoire du pays de  naissance les ayant engendrés (méthano-mémorisation)

Pour mieux comprendre ce phénomène de méthano-mémorisation du gaz, il nous faut déjà rappeler que le gaz est composé presque essentiellement de méthane composé d’un atome de carbone et 4 atomes d’hydrogène.electrons_nucleaires

La figure 1 représente une charge gazeuse élémentaire de type 1 produite dans des pays démocratiques (Qatar, Arabie Saoudite …). On remarque que les spins et les quarks sont parfaitement symétriques et de fait alignés aléatoirement selon la répartition quantique définie par l’inventeur des jeans Lewis. Le gluon protonique colorié en bleu est là pour symboliser l’origine normale de la production

La figure 2 représente la même structure électronique mais sur laquelle deux électrons « slaves » viennent se greffer. Ces charges gazeuses produites par les Russes ont été coloriées en rouge pour symboliser l’origine exotiques de la charge électronique. La théorie de méthano-mémorisation nous permet de mettre en évidence une ionisation partielle des charges gazeuses se traduisant par une hémisphéricité périphérique de la charge en question.

C’est donc en se basant sur les propriétés atomiques particulières des charges électriques méthanisées que les scientifiques français ont développé un boîtier capable de détecter les atomes issus de Russie pour ainsi en avertir immédiatement les consommateurs.

L’appareil, au choix de l’utilisateur, pourra alors couper l’installation ou alors, tel un aiguillage, délester ces atomes russes indésirables sur une charge hybride confinée et étanche.

La durée de vie de la charge destinée à recueillir le gaz russe dépend du taux de pollution ionisante du réseau. Les scientifiques estiment en moyenne que la charge devra être remplacée tous les ans. Celle-ci sera alors expédiée, aux frais du distributeur, en république soviétique.

La commercialisation du boîtier est prévue très prochainement.

Crédit photo : Science Info

Essayez plutôt

Exclusif : Patrick Balkany élu personnalité préférée des Français

Patrick Balkany devance Jean-Jacques Goldman et Sophie Marceau dans le Top 50 des personnalités préférées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.