Les poumons des jeunes enfants particulièrement efficaces pour filtrer les particules fines en suspension dans l’air

Des scientifiques recommandent de faire courir les enfants pendant les pics de pollution afin que leurs poumons puissent filtrer et retenir les particules fines, permettant ainsi de purifier l’air des villes.

Les particules fines sont constituées de composés solides en suspension dans l’air émis par la combustion des véhicules diesels. Leur impact à long terme sur l’organisme humain en fait un sujet de préoccupation majeure pour la santé car même si elles ne sont que dix fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu, elles peuvent entraîner des maladies relativement graves. Alors que le seuil d’alerte est régulièrement atteint en France, il n’existe pas d’autres solutions que de réguler le trafic routier pour tenter de réduire la concentration de ces particules.

Mais les récents travaux de chercheurs de l’université de Martigny (Valais – Suisse) vont sans doute apporter une solution pérenne à ce problème récurent de santé publique. Les scientifiques ont en effet découvert que les poumons des jeunes enfants pouvaient jouer le rôle d’un filtre extrêmement efficace contre ces particules. Il s’avère, que chez les enfants, les cavités pleurales n’étant pas encore totalement séparées par le médiastin, la plèvre et le diaphragme sollicitent de façon anormalement élevée la fonction des alvéoles des poumons des enfants. En d’autres termes, leurs poumons possèdent un pouvoir de filtration nettement supérieur à celui des adultes.

Alors que ces derniers, après avoir inhalé de l’air vicié par les particules fines, rejettent du gaz carbonique mais également une part non négligeable de la pollution inhalée, les jeunes enfants ont la propriété étonnante de conserver dans leurs poumons l’intégralité des particules fines en suspension dans l’air.

Les poumons des enfants agissent alors comme le filtre d’une hotte de cuisine ou d’une VMS (ventilation mécanique contrôlée) et retiennent ainsi toute la pollution.

Les scientifiques ont démontré qu’il suffirait seulement de 5 heures d’activité physique intense chez tous les jeunes enfants résidant dans la ville de Paris pour dépolluer significativement l’air pollué de la capitale.

L’agence de surveillance de la qualité de l’air Airparif se montre très intéressée par ces recherches et pourrait à l’avenir changer son fusil d’épaule en préconisant aux enseignants de faire courir les enfants pendant plusieurs heures afin d’agir durablement pour l’environnement pendant les pics de pollution.

 

 

Essayez plutôt

Pour lutter contre la fraude, la nouvelle vignette suisse mesurera désormais un mètre de large sur un mètre de long

La nouvelle vignette suisse mesurera un mètre de large sur un mètre de long et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *