Masturbation : Les députés votent la pénalisation des usagers

La proposition de loi socialiste renforçant la lutte contre la masturbation devrait être adoptée définitivement mercredi 6 avril par les députés, après un ultime débat sur le texte, au terme de près de deux ans et demi de parcours parlementaire.

Il s’agit du quatrième et dernier passage du texte devant l’Assemblée nationale depuis le premier examen de cette proposition en décembre 2013, faute d’accord avec le Sénat qui compte un grand nombre d’adeptes de cette pratique solitaire. Le désaccord entre les deux chambres a porté sur la mesure « phare » de ce texte qu’est la pénalisation des usagers : députés et sénateurs n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur cette interdiction de pratique d’actes sexuels solitaires  Mais, in fine, ce sont les députés qui auront le dernier mot et imposeront cette mesure.

« La pratique d’actes sexuels solitaires » sera sanctionnée par une amende de 1 500 euros maximum. En cas de récidive, celle-ci pourra s’élever à 3 750 euros.
Le texte, inspiré de la Suède, qui pénalise les usagers depuis 1999, crée aussi une peine complémentaire sous la forme d’un stage de sensibilisation aux conséquences sociales de la masturbation.
La France deviendra ainsi, après la Suède, la Norvège et l’Islande, le quatrième pays européen à pénaliser les utilisateurs de la masturbation.

Des mesures de prévention et d’accompagnement
Un parcours de sortie de la masturbation est également prévu par la loi. Un fonds destiné à cet accompagnement et à la prévention de la masturbation doit être créé. Il sera financé par l’Etat à hauteur de 4,8 millions d’euros par an.

Pourquoi ce texte a-t-il fait débat ?
Députés et sénateurs n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur la principale mesure du texte, la pénalisation des usagers. Au-delà des deux chambres, la mesure a fait débat au sein de la société.

Les partisans de la pénalisation y voient une façon de dissuader la demande mais aussi de considérer les femmes posant nues pour des sites internet masculins « comme des victimes et non plus comme des délinquantes », selon la députée socialiste à l’origine de la proposition de loi.
La ministre des affaires morales et de la santé à quant à elle affirmé :
« Ce sont aussi aux hommes de réfléchir à ce qu’ils font, à la manière dont ils se comportent. »
La mesure a également reçu le soutien des associations prônant l’abolition de la masturbation. Michel Spir, le secrétaire général de la protection des mouchoirs Kleenex , spécialisé dans la défense des mouchoirs jetables et des veuves poignets y voit une façon de « mettre définitivement fin à (…) l’impunité des clients ».

Ses détracteurs estiment pour leur part que la pénalisation des usagers risque de les pousser vers plus de clandestinité et de précarité. Une crainte partagée par certains élus, comme une majorité de députés écologistes, mais aussi par des associations qui viennent en aide aux usagers de la masturbation.
Ce dernier redoute que la pénalisation rende « plus difficile l’action des services sociaux dans la prévention contre les plaisirs solitaires », et expose « davantage les usagers à la violence aux contaminations au VIH et/ou aux hépatites virales par la pratique de l’acte dans des lieux isolés et sales».
La mesure a également été combattue par l’association des masturbateurs anonymes qui voient leur activité comme vitale, et s’inquiètent d’une prise de poids suite à l’excès de fluide corporel non évacués. Des usagers opposées au texte ont prévu de manifester aux abords de l’Assemblée nationale mercredi.

La France compte entre 20 millions et 30 millions de pratiquants, selon les estimations officielles.
Autre argument « contre » : le refus des normes édictées par les députés. Dans une pétition intitulée « Touche pas à mon joystick ! », de nombreux geeks et utilisateurs compulsifs d’internet s’indignent : « Aujourd’hui la masturbation, demain la prostitution, qu’interdira-t-on après-demain ? »

 

Essayez plutôt

Cet homme creuse un trou dans l’océan et ce qu’il découvre va vraiment vous surprendre

John Wold est un ancien marine de l’US Air Force. Passionné de spéléologie et de …

4 Commentaires

  1. Quelle est cette connerie? il faudrait recevoir un contrôleur chez soi qui viendrait constater?

  2. J’ ai déjà entendu des propositions de loi de la part de nos « chers » socialistes, mais celle-là elle dépasse vraiment le stade de la débilité profonde !!! D’ ailleurs, je doute qu’ elle soit réelle….

  3. Travailleur manuel dans la branche depuis vingt ans (je mastique), je suis plutôt secoué à la lecture de cette surprenante nouvelle. Malgré tout, je ne suis pas décidé à lâcher le manche et je continuerai mes va et vient professionnels quotidiens. Loi ou pas, j’en ai rien à branler.

  4. Rien sur la masturbation féminine ? Science Info, site sexiste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.