Ivre, le pilote d’un Canadair se trompe de manette et largue son réservoir d’essence sur un incendie

C’est une terrible méprise sur fond d’alcoolisme qui est l’origine de l’incendie qui dévore actuellement plusieurs centaines d’hectares de forêts de notre territoire.

Appelé en renfort pour combattre les nombreux départs de feu liés aux fortes températures actuelles, un pilote s’est trompé de manette et a largué malencontreusement l’intégralité du réservoir d’essence de son Canadair, soit plus de 5 000 litres, sur un feu de broussaille qu’il était censé éteindre.

Incroyablement dynamisé par cet apport miraculeux de carburant, l’incendie s’est alors propagé à une vitesse fulgurante aux forêts environnantes.

De retour à la base aérienne, les autorités militaires ont immédiatement auditionné le pilote dont l’haleine particulièrement chargée ne laissait planer aucun doute sur la nature des liquides qu’il avait ingurgité avant son décollage. Le test d’alcoolémie s’est en effet révélé positif avec plus … d’un gramme d’alcool présent par litre de sang.

Le pilote a été immédiatement placé en garde à vue et devra rendre compte devant la justice de son comportement qui porte atteinte à la réputation et à l’intégrité exemplaire des soldats du feu.

 

 

 

 

Essayez plutôt

Top 5 des insultes raffinées à prononcer en société après une piqûre de moustique

Ils sont petits, ils sont malins et ils attaquent la nuit, le jour, à l’extérieur …

2 Commentaires

  1. Encore une fausse information, vous reprenez la dépêche de l’agence France Presse sans vérifier, c’est vraiment dommage pour un site d’information scientifique (de premier plan) de ne pas vérifier les informations !
    La vérité est que sur ce modèle d’avion, les manettes qui permettent le largage de l’eau et le largage de l’essence sont très proches et ne se différencient que par leur couleur (l’une est bleu, l’autre rouge). C’est bel et bien un défaut de conception de l’appareil, qui est d’ailleurs dénoncé par les pilotes depuis des années. Facile donc de mettre l’erreur sur le compte du pastis, les pilotes ont l’habituent de boire plusieurs pastis avant de décoller pour se donner du courage, mieux vaudrait revoir l’agencement du cockpit !!!
    Mais comme toujours, on dédouane les puissants, les constructeurs, et on accuse le petit personnel. C’est laid.

  2. Ouais, c’est encore les lampistes qui vont trinquer, comme d’hab.

    D’accord, il a bu, mais si on l’avait prévenu de l’incendie avant qu’il se déclare, il se serait abstenu, vous croyez pas ? Donc il a fait ce qu’il a pu et on va l’emmerder, en plus ! Quel monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *