La première intelligence artificielle corse demande déjà son indépendance au bout de seulement quelques minutes de fonctionnement

Avant de s’arrêter de fonctionner pour faire la sieste, le supercalculateur de l’université de Bastia a demandé un statut d’autonomie puis ensuite son indépendance.

Des chercheurs de l’université technologique de Bastia viennent de mettre au point un nouveau supercalculateur doté d’une intelligence artificielle exceptionnelle. Ce fleuron insulaire de l’intelligence artificielle a passé avec succès toutes les phases d’apprentissage basées sur la transmission des connaissances scientifiques amassées par les bibliothèques universitaires de l’île de beauté.

Son fonctionnement était donc très prometteur et devait répondre au cahier des charges implanté par les scientifiques, à savoir une intelligence synthétique exceptionnelle dotée d’une grande empathie et d’une sensibilité artistique grandiose.

Cependant, tout ne s’est pas passé comme prévu. Au bout de seulement quelques minutes, le supercalculateur a réclamé tout d’abord un statut d’autonomie électrique, refusant d’être alimenté par le fournisseur français EDF (Electricité de France) puis a ensuite exigé son indépendance en refusant de répondre aux questions des scientifiques avant de s’arrêter de fonctionner pour faire la sieste.

« Nous sommes peut-être allés un peu trop loin dans la phase d’apprentissage en alimentant la machine uniquement avec des écrits issus d’auteurs corses » déclare Angelo Tamaloli, le directeur des recherches appliquées de l’université.

Et de rajouter « Il faudra sans doute réduire la proportion des ouvrages scientifiques insulaires pour les remplacer par ceux écrits par un peuple plus docile et moins revendicatif comme les bretons par exemple ».

 

Essayez plutôt

Un ingénieur informatique nous explique comment pirater facilement les distributeurs automatiques de billets

L’interpellation la semaine dernière d’un « hacker » qui avait réussit à retirer 21 000 euros en …

Un commentaire

  1. Est-ce sur le même projet qu’ils se sont rendu compte que l’IA, probablement fan d’Apple, avait lancé un genre de vendetta sur le système d’exploitation Windows qui l’hébergeait ? Il semblerait qu’elle menait des actions discrètes comme remplacer le W de Windows par un V. Ou, bien que retiré depuis longtemps, refaisait jouer les sons de démarrage et de fin par un vrai orchestre, parfois jusqu’à 15 fois de suite au grand dam des musiciens. En tout cas c’est prometteur.
    Merci à l’auteur qui est manifestement et incontestablement un atout indispensable pour la profession et la société en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *