Il met en vente un slip de Johnny Hallyday sur « Le Bon Coin » et finit en garde à vue

Pour avoir mis en vente un slip du rockeur dérobé lors de son dernier séjour en clinique, un infirmier finit en garde à vue et risque jusqu’à 5 ans de prison et 25 000 euros d’amende.

La plateforme de vente entre particulier – Le Bon Coin – a vu son nombre d’objets estampillés «Johnny» se multiplier depuis le décès du rockeur. Du vieux vinyle, en passant par le CD, DVD mais aussi t-shirts, briquets et places de concerts, le site de vente entre particuliers a constaté un « pic » du nombre de ces articles mis en vente depuis la disparition de Johnny Hallyday.

Les administrateurs de la plateforme veillent évidemment à ce que les objets proposés respectent les règles de déontologie du site de vente en ligne. Et justement, c’est une annonce très spéciale qui a intrigué un modérateur chargé de valider les petites annonces. En effet, un vendeur proposait à la vente un slip ayant appartenu à Johnny Hallyday. Jusqu’à là, rien de surprenant, les artistes oublient souvent des objets personnels dans les loges ou les chambres d’hôtels. Mais ce qui a mis la puce à l’oreille de l’employé du site, c’est que le slip en question était un sous-vêtement à usage médical semblable à ceux utilisés dans les centres médicaux. Après une rapide enquête auprès de la clinique où a séjourné le célèbre chanteur, il s’avère que le slip en question a été dérobé dans la chambre du rockeur par un infirmier indélicat.

Placé en garde à vue et interrogé par les services de police, l’intéressé à déclaré qu’il avait actuellement des problèmes d’argent et qu’il espérait se refaire une « santé » financière en mettant en vente le slip dérobé à l’artiste. L’annonce a été immédiatement retiré du site et le vendeur écope d’une convocation au tribunal. Il risque jusqu’à 5 ans de prison et 25000 euros d’amende.

 

 

Essayez plutôt

Nouvelle action des femmes Esquimaux dans les piscines municipales pour demander l’autorisation du port de la combinaison en peau de phoque

Les femmes esquimaux ont justifié cet « acte de désobéissance civile » comme une protestation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.